Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 mai 2012 6 19 /05 /mai /2012 16:41

La majorité des élus du Conseil Général du Val d’Oise a voté le 13 avril dernier une nouvelle augmentation du taux départemental des impôts fonciers.

Cette mesure ne sera réellement ressentie par les Valdoisiens qu’à la fin de cette année, lorsque les feuilles d’imposition des taxes locales (dont impôts fonciers) arriveront dans les boites à lettres.

En revanche ce vote n’est pas passé inaperçu pour notre association LÉGITIMES DÉPENSES, laquelle est au service des contribuables argenteuillais et bezonnais.

L’an dernier nous avions déjà constaté la désagréable augmentation de 2% des taux accompagnée d’un surcroit d’endettement.

Nous avions alors vérifié les comptes administratifs de notre département : la marge  de manœuvre   « sur le papier » était faible et nous avions alors considérés que la nouvelle majorité au Conseil Général avait fait de son mieux dans un laps de temps très court.

Après une année passée par cette majorité à la direction du département du Val d’Oise, nous espérions des engagements forts et concrets en matière de réductions de dépenses et en conséquence une réduction de la pression fiscale, voire sa stagnation.

Or il n’en n’est rien.

Nous avons pu lire dans un blog de l’un des élus « UVO » qu’il serait demandé aux contribuables concernés « un effort » fiscal visant à désendetter le département, dette qui avoisine le milliard d’euros, soit quasiment 100% de son budget annuel.

Les contribuables que nous sommes ne seraient pas opposés à un effort, encore faudrait-il que celui-ci soit limité dans le temps. A contrario, ce n’est plus d’effort qu’il faut parler mais de sacrifice.

Or depuis 2008, les argenteuillais, propriétaires occupants ou bailleurs, ont été mis au totem des augmentations répétées d’impôts locaux. L’accroissement de ceux-ci dépassera les 50% cette année, toutes augmentations confondues.

Les locataires n’ont pas été épargnés puisque frappés par les augmentations de la taxe d’habitation, par la taxe d’enlèvement des ordures ménagères et les hausses de loyers consécutives à l’élévation des taxes foncières que les propriétaires bailleurs n’oublient pas de répercuter.

Notre association LÉGITIMES DÉPENSES n’est pas opposée à l’impôt local tant que celui-ci ne devient pas léonin.

« Trop de dépenses, c’est toujours trop d’impôts », est la devise de notre association.

La contrepartie à l’augmentation de l’impôt local que le contribuable est susceptible d’accepter, outre les services rendus au plus grand nombre par le Conseil Général, est un engagement factuel de la part de tous ses élus sur la réduction des dépenses de notre département.

Aussi nous sommes en droit de nous demander quels sont les moyens dont s’est dotée le Conseil Général du Val d’Oise pour endiguer les dépenses de fonctionnement comme celles relatives aux investissements ?

Quels sont les gisements d’économies possibles ? Toutes les dépenses sont-elles justifiées, nécessaires, indispensables, quelles sont les dépenses superflues qui ont été annulées, repoussées ? Quelles sont les économies réalisées sur la masse salariale ?

L’endettement du département est composé de quels types de prêts ? Ces prêts ont-ils été renégociés dernièrement ? Les subventions données aux communes, organismes et associations sont-elles méritées et nécessaires et ne reflètent-elles pas des us et coutumes sans fondement dont l’origine se perd dans le temps ?

Les entités bénéficiant des largesses de notre département sont-elles contrôlées dans leurs activités, celles-ci servent-elles au plus grand nombre de Valdoisiens ? Les allocataires sociaux sont-ils réellement de notre département et uniquement de notre département ou bien bénéficient-ils également de la manne d’autres collectivités territoriales ?

Une mesure significative consisterait à conditionner l’attribution de toute subvention
au respect d’objectifs de performance des collectivités qui les reçoivent.

Les entreprises choisies suite aux appels d’offres sont-elles des entreprises de notre département, à défaut de notre région, de notre pays ? Quelles priorités sont accordées ?

Des contrôles ont-ils été mis en place afin d’éviter
des abus et des fraudes aux subventions ?

S’il est réellement chronophage de demander chaque année à un handicapé dont l’invalidité permanente a été reconnue si celle-ci s’est résorbée miraculeusement, cela nous apparait opportun de vérifier l’âge et la résidence de tous les allocataires sociaux afin de ne plus financer les éventuels
« mandataires » de défunts ainsi que certains petits malins se faisant enregistrer dans plusieurs départements afin de cumuler de multiples aides comme le RSA.

Il ne suffit pas non plus de dire que les fraudes constatées sont peu nombreuses. Car le problème n’est pas tant celui de la fraude elle-même que des subterfuges légaux qui permettent de percevoir un revenu tenu par le commun des contribuables pour illégitime.

Un sondage de l’IFOP, effectué du 7 au 9 février 2012, révèle que 87% des personnes sondées considèrent que les fraudes aux allocations sociales sont un facteur important du déficit des régimes sociaux.

Le problème n’est pas tant le RSA en lui-même, qui est effectivement d’un montant modeste, et que bien peu remettent en cause en tant que tel, que son cumul (éventuellement inter départemental) avec toute une série d’autres aides auxquelles ont aussi droit ses bénéficiaires : transport gratuit, logement quasi-gratuit, CMU, tarifs spéciaux d’électricité, exonération de taxe d’habitation, secours sociaux divers. L’un dans l’autre, ils permettent aux titulaires d’atteindre un revenu qui, certes, n’est rien pour le golden-boy ou le journaliste de télévision, mais qui est insupportable au maçon qui trime 35 heures ou plus par semaine pour ne gagner guère plus. Sans parler de l’agriculteur ou de l’artisan à qui il reste un bénéfice de 500 € par mois pour 60 heures de travail par semaine et qui, lui, paie l’impôt foncier.

Quant au retraité, lequel a payé toute sa vie pour être propriétaire, il est bien souvent dans l’obligation de consacrer plus de deux mois de sa retraite pour acquitter uniquement les taxes foncières et d’habitation tout en réfléchissant à vendre son bien immobilier et à s’installer ailleurs.

Notre association, porte parole des contribuables argenteuillais et bezonnais, attend de tous nos élus au Conseil Général, sans exception, des actions concrètes, identifiables et mesurables dans le temps et souhaite que par ces actions, la pression fiscale puisse revenir à un niveau acceptable par tous.

Malheureusement les contribuables voient d’année en année les taxes augmenter mais rares sont les années où elles diminuent.

Un tel retour peut-il être envisageable ?

Partager cet article

Repost 0
Auteur : Alain Crevau - dans Bulletin
commenter cet article

commentaires

Légitimes Dépenses 24/07/2012 18:19


M. Bazin recevra une délégation de membres de l'association Légitimes Dépenses le jeudi 26 juillet prochain afin de répondre aux questions posées dans cette lettre et échanger des idées et points
de vue avec l'association sur ce sujet.

ALIMAS 22/05/2012 13:51


 


(26A007A01). JE
NE PARTAGE PAS LE SENS DE L’EXPRESSION CONTENU DANS LE TEXTE DE LA LETTRE À SAVOIR : «LE PLUS GRAND NOMBRE» QUAND IL S’AGIT D’«INTÉRÊT GÉNÉRAL». Selon les finalités attendues, ces deux expressions peuvent être antinomiques. Pour exemple : On peut «soupoudrer» un grand nombre de
personnes, par une petite somme individuelle très en deçà du coût réel (dixit, l’aide au permisde conduire, mise en place par l’ancienne majorité), sans aucune obligation de résultat ou, comme le
fait la nouvelle majorité (groupe (UVO), tenirt compte des capacités financières du département et pour l’INTÉRÊT GÉNÉRAL, décider de sélectionner un nombre restreint de candidats, c'est-à-dire
d’en réduire le nombre, mais en aidant chacun davantage, par l’attribution de subventions prenant en charge les engagements individuels, tout au long de leur projet de permis de conduire. Là
encore, nous avons à analyser et à distinguer l’égalité des chances pour le plus grand nombre (l’État providence) et la solidarité, l’équité et la réciprocité des engagements individuels
vis-à-vis de la société et de ses collectivités.


 

L'idiot qui paye 21/05/2012 18:33


Une fiscalité plus juste ? Vaste débat  ! Que veut dire le mot "juste" pour certains hommes politiques plus vous gagnez bien votre vie plus vous devez payer, je ne trouve pas cela très
juste.
L'impôt semble nécessaire à un état omniprésent, certes, mais prendre de l'argent gagné sur le travail des individus se nomme un vol et ce n'est pas juste.

Vergne 21/05/2012 15:48





Cette lettre, très explicite, pose les bonnes questions.



 Est-ce que les réponses, si des réponses il y a, apporteront l’espoir d’une  fiscalité plus
juste….. ?

Nos coordonnées

contact @ legitimesdepenses.org
Répondeur au : 0972 221 914

Articles Récents

  • BUDGET NATIONAL 2017 : Alerte aux cadeaux clientélistes et électoraux !
    Cette année, le Père Noël est en avance ... ... car l'élection présidentielle approche. La mauvaise nouvelle ? C'est VOUS qui allez régler l'addition. Oui, ce sont VOS impôts qui vont servir à offrir des cadeaux clientélistes par milliers. Si vous êtes...
  • CONTRIBUABLES : PRENEZ LA PAROLE, VOTEZ !
    Contester ou émettre des critiques à l'attention des gestionnaires publics, n'a de sens que si l'on participe activement au vote !!! Comme chaque année, la révision des listes électorales a débuté le 1er septembre 2016 pour se terminer le 31 décembre...
  • Légitimes Dépenses est au forum des associations
    SAMEDI 10 SEPTEMBRE 2016 10h - 18h Votre Association Légitimes Dépenses est présente au forum des associations. Vous pouvez retrouver les membres du bureau toute la journée sur notre stand qui est situé sur le parking de la salle Jean Vilar. Venez nombreux...
  • LES CONTRIBUABLES A NOUVEAU PONCTIONNES
    Le gouvernement a promis aux régions l’instauration d’une nouvelle taxe sur les ménages propriétaires et les entreprises. Le gouvernement avait pourtant promis aux Français qu’il n’y aurait aucun impôt supplémentaire jusqu’à la fin du quinquennat. “En...
  • Foot et argent public : la France a déjà perdu l'Euro !
    Chers amis, Encore une fois, le gouvernement nous a volontairement caché la vérité quant aux coûts d’organisation de l’Euro 2016 de football ! « Du pain et des jeux » dit-on. Ce sera des jeux, avec notre pain... Non content de vouloir nous faire oublier...
  • Le Gouvernement va nous mettre sur la paille !!!
    Contribuables associés Chère Amie, cher Ami, À grand renfort de plans de communication, encore payés par nos impôts, le gouvernement nous fait croire que le prélèvement à la source de l'impôt sur le revenu est une bonne chose, qui nous simplifiera la...
  • Généralisation progressive de la télédéclaration des revenus sur Internet
    Sur cette question voici la position officielle du Gouvernement. Cette mesure est inscrite dans la loi de finances 2016 venant d'être votée. Elle constitue la 1ère étape pour la mise en place d'un prélèvement à la source à compter du 1er janvier 2018....
  • Conseil Municipal du 12 février 2015
    Les preuves de la gabegie financière de l'ancienne majorité de 2008 à 2014 dévoilées lors de ce conseil municipal Alors qu'une fois de plus l'ancien Maire de 2008 à 2014, Philippe DOUCET, devenu conseiller municipal d'opposition toujours député PS, reniait...
  • COMPTE RENDU DE L’ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE ET EXTRAORDINAIRE DU SAMEDI 29 NOVEMBRE 2014
    Le Président de l’Association Légitimes Dépenses, Yannick LE BOURLIGU, souhaite le bonjour à toutes et à tous et remercie chaleureusement les personnes qui sont venues participer à cette Assemblée Générale Ordinaire et Extraordinaire. Il excuse et remercie...
  • Assemblée Générale Annuelle de Légitimes Dépenses
    Madame, Monsieur, chers Amis, Que d’événements nouveaux se sont succédé au cours de cette période 2013 -2014. Certains ont pu nous réjouir, nous étonner, voire nous déplaire mais il faut l’admettre nous sommes toutes et tous décontenancés par une nouvelle...